Ecouter Horizon FM en direct

Nouveau blocage du processus électoral ou la victoire des extrémistes et des petits partis politiques.

Dans une déclaration publiée ce samedi, l’opposition guinéenne conditionne dorénavant la reprise du dialogue politique à la sécurisation des leaders politiques et à la poursuite judiciaire des coupables des violences politiques. Ce nouveau blocage du processus électoral a pour cause un procès superfétatoire intenté par un féru du pouvoir, Malick Sankhon, et les violences suite à une mobilisation des militants de Cellou Dalein Diallo pour l’accompagner au tribunal. 

Pour peu que ces deux protagonistes nous eussent fait l’économie de leurs actions, on en serait peut-être aujourd’hui à la phase de fignoler les derniers détails techniques pour aller aux élections législatives. Mais, hélas !

La reprise du dialogue politique, les concessions faites par la mouvance présidentielle et par les principaux partis d’opposition dont celui de Cellou Dalein Diallo et l’annonce d’un gouvernement d’union nationale (faite par Cellou Dalein et par Alpha Condé) n’avaient pas fait que des heureux dans les deux camps politiques. En effet, les extrémistes, certains cadres mal assurés sur leur avenir et les petits partis politiques des deux bords, n’ont ménagé aucun effort pour que la paix des braves ne soit qu’un feu de paille. 

Côté mouvance, on reproche à Alpha Condé d’avoir cédé aux desiderata de l’opposition radicale, en donnant sa bénédiction pour le report du scrutin du 30 juin, en autorisant le vote des guinéens de l’étranger, etc. Le calcul est simple et égoïste : la réouverture des candidatures à l’opposition réduisait considérablement les chances des petits partis appendices de la mouvance présidentielle d’avoir un siège à l’assemblée nationale.
De même, la perspective d’un gouvernement d’union nationale évoquée récemment par Alpha Condé a été ressentie comme une menace par les hommes et femmes les plus incompétents du régime qui occupent déjà des strapontins. Et un appel à la concurrence pour ceux qui attendent des postes depuis deux ans et demi.

Tout ce monde de la mouvance (extrémistes, petits partis politiques et incompétents) a œuvré de concert ces dernières semaines, en multipliant les contacts et les rencontres avec Alpha Condé, pour l’encourager à rester sur sa position radicale initiale avec l’opposition, selon plusieurs sources proches de la Présidence. On connaît la suite….

Côté opposition, en vérité, l’organisation des élections législatives signifie la dure confrontation des partis microscopiques de l’opposition avec leur véritable poids électoral. Et cette perspective pourrait mettre fin aux nombreuses sollicitations de la presse dont ces petits partis font abusivement l’objet aujourd’hui. En outre, un parti qui n’est pas assuré d’avoir le moindre député dans la future assemblée nationale, sait qu’il lui sera difficile de prétendre à une place dans un gouvernement d’union nationale, le cas échéant.

C’est pourquoi, les extrémistes de l’opposition et les petits partis de l’opposition reprochaient à Dalein d’avoir accepté d’aller au dialogue alors qu’une dizaine de militants sont en prison, qu’aucune suite judiciaire n’a été donnée aux précédentes violences politiques et d’avoir accepté l’opérateur Waymark. 

Aujourd’hui, les irréductibles caciques et les fieffés opportunistes de la mouvance présidentielle et de l’opposition peuvent se frotter les mains : ils semblent derechef gagner une bataille, en ramenant le processus électoral dans le statuquo ante. 

Gageons qu’Alpha Condé et Cellou Dalein Diallo gagneront la guerre de la ....paix , de la démocratie et du développement, en s’affranchissant de tous les boulets qui empêchent la Guinée d’avancer. 


Amadou Tham Camara 
Conakry, Guinée 
224.664.38.60.70 

Ajouter un commentaire




Animateurs


Contact


Horizon FM.
Conakry
République de Guinée
Studio : +(224) 655 56 53 56
Admin : +(224) 657 94 46 97
Courriel
horizonfmconakry103@gmail.com
boubacaryacine2000@gmail.com