Ecouter Horizon FM en direct

Jean-François Copé quitte la présidence de l'UMP

une démission qui sera effective le 15 juin prochain. Le chef du premier parti d'opposition l'a annoncé lors d'un bureau politique faisant suite aux mauvais scores de la droite aux européennes, ce mardi 27 mai. Avec lui, toute la direction jette l'éponge.

Outre les résultats décevants du scrutin de dimanche, Jean-François Copé faisait face à des soupçons de favoritisme dans l'affaire Bygmalion, une société de communication tenue par des proches qui aurait surfacturé des évènements lors de la campagne présidentielle de 2012.

Après deux heures et demie de lutte acharnée dans le huis clos sanglant du bureau politique, Jean-François Copé a finalement jeté l'éponge. Il présentera bel et bien sa démission le 15 juin prochain. Une démission véritablement arrachée au forceps, selon l'envoyée spéciale de RFI à l'Assemblée nationale. Jusqu’au bout Jean-François Copé a tenté par tous les moyens de résister face au rouleau compresseur de ses meilleurs ennemis «fillonistes».

Le ton avait été donné très tôt ce matin, Jean-François Copé a à peine eu le temps de se défendre, de défendre sa bonne foi dans cette affaire Bygmalion que François Fillon réclamait déjà qu’il se mette «en réserve» du parti. Deux heures après Jean-François Copé proposait encore de rester jusqu’à l’automne prochain. Refus tout net alors de François Fillon et de François Baroin, visiblement à bout de nerfs et qui ont alors réclamé son retrait immédiat. La direction du parti a aussitôt enchaîné avec l’annonce d’une démission collective.

Un congrès extraordinaire doit se tenir en octobre prochain. En attendant l'élection d'un nouveau chef, trois anciens Premiers ministres - Alain Juppé, Jean-Pierre Raffarin et 
François Fillon - assureront la direction collégiale de l'UMP

Suite au scandale des fausses factures de la société Bygmalion lors de la campagne de Nicolas Sarkozy en 2012, Jean-François Copé était sous une pression extrême au sein de son parti, une formation en crise au lendemain du triomphe du Front national aux élections européennes.

Pour le bras droit de Jean-François Copé, Jérome Lavrilleux, il y a bien eu des dérives dans les comptes de campagne de Nicolas Sarkozy en 2012, et des fausses factures pour tenter de les masquer.

Brice Hortefeux, l'un des plus proches de Nicolas Sarkozy, a assuré que l'ex-chef de l'Etat était « très mécontent de voir son nom associé » à la « curieuse actualité » autour de Bygmalion.


Ajouter un commentaire




Animateurs


Contact


Horizon FM.
Conakry
République de Guinée
Studio : +(224) 655 56 53 56
Admin : +(224) 657 94 46 97
Courriel
horizonfmconakry103@gmail.com
boubacaryacine2000@gmail.com