Ecouter Horizon FM en direct

Ces guinéens rapatriés ou expulsés de l'Europe : une difficile réintégration…

CONAKRY-Ils sont nombreux ces jeunes guinéens à avoir, à un moment donné, tout misé sur un voyage en occident avec l’espoir de trouver le bonheur. Les uns ont pris le chemin du désert et les autres, la Méditerranée pour atteindre les côtes européennes. Malheureusement pour certains, le voyage a pris fin dans le SAHARA ou en mer. Les rescapés quant à eux ont gouté à l’enfer sur terre avant d’être rapatriés en Guinée où ils vivent une réintégration plus ou moins difficile.

Ceux qui sont rentrés via l’Organisation Internationale pour les Migrations (OIM) ont bénéficié d’un appui pour embrasser une activité génératrice de revenue. Parmi eux, il y en a qui sont restés introuvables après l’obtention de cet appui. Il y aussi une autre catégorie. Ceux qui ont vécu en situation irrégulière en Europe avant d’être arrêtés puis rapatriés de force. Ces derniers ont du mal à reprendre le travail. Africaguinee a rencontré certains rapatriés.

Marié et père de famille, M.P.D a vécu 11 ans en Allemagne dans une situation irrégulière avant d’être arrêté par la police de l’immigration et rapatrié à Conakry quelques jours après, précisément le 12 juin 2019. Depuis son retour à Conakry, il vit une réintégration difficile.

« Etre rapatrié c’est difficile parce qu’au moment où on vous cueille pour vous retourner au pays, vous n’aviez aucun projet de retour pour vous installer au pays et faire autre chose. Donc le rapatriement forcé, c’est une reprise de la vie à zéro. Vous restez sans repère parce que vous ne pouvez faire aucune activité. Tout ça rend la réintégration difficile. Mon retour en juin 2019 avait coïncidé avec les crises politiques qui secouent le pays. Ensuite, la crise sanitaire est venue s’en rajouter. Pour être clair, je n’ai rien entamé d’abord. Je suis encore un poids pour la famille bien que je me suis marié avant de partir. J'ai vécu en Allemagne pendant 11 ans avant d’être retourné au pays. Moi, ce n’est pas un retour volontaire pour espérer un appui des institutions. L’autre problème aussi, notre pays n’a pas changé, les choses que j’ai laissées avant de partir c’est la même chose que je retrouve, aucun changement, les choses se sont plutôt dégradées», regrette-t-il.

Mahmoud Dramé, lui, est rescapé de la méditerranée en 2017. Il est rentré volontairement grâce à l’OIM (organisation internationale pour les migrations). Aujourd’hui, il est installé dans son village à Siguirini en Haute-Guinée où il fait la saponification pour subvenir à ses besoins. 


Ajouter un commentaire




Animateurs


Contact


Horizon FM.
Conakry
République de Guinée
Studio : +(224) 655 56 53 56
Admin : +(224) 657 94 46 97
Courriel
horizonfmconakry103@gmail.com
boubacaryacine2000@gmail.com